refuge le cochon dingue

informations

alimentation

ALIMENTATION

Le cochon d’Inde est un petit herbivore qui a besoin d’une alimentation adaptée, faute de quoi il tombe rapidement malade. Malheureusement, bien des débutants en cobayes partent sur les mauvaises bases des informations erronées véhiculées par certains vendeurs en animalerie ou pensent qu’il suffit de donner une gamelle de granulés à un cobaye pour le maintenir en bonne santé.

 

 

NÉCESSAIRE

Moulée pour cochon d’Inde (éviter celles contenant des graines et des fruits séchés);

Légumes et fruits variés (voir tableau)

Foin sec à volonté (éviter la luzerne);

Supplément de vitamine C. Une dose de 50 mg par jour est recommandée.

 

Comme pour tout autre animal, l'alimentation la plus adaptée est celle qui ressemble le plus à la nourriture que le cochon d'Inde trouverait dans la nature. Le cochon d’Inde est un herbivore strict. Son alimentation doit se composer de foin en permanence, ainsi que de légumes (l’équivalent de minimum 10% de l‘animal) et plus rarement, de fruits. Tous ces végétaux frais ou séchés lui permettent d’user ses dents qui poussent en permanence, surtout le foin qui contient des cristaux abrasifs. Les extrudés (granulés complets, surtout pas de mélange) sont aussi nécessaires. Il ne faut jamais donner de friandises sucrées ou industrielles, qui sont très mauvaises pour la santé.

 

PROPOSER DE LA NOURRITURE EN PERMANENCE

Dans la nature, les cochons d’Inde ne disposent pas de nourriture riche et variée : pour subvenir à leurs besoins nutritionnels, ils doivent grignoter en permanence. C’est un mode d’alimentation qu’il faut absolument reproduire pour les sujets en captivité, non seulement pour que le cobaye n’ait jamais faim, mais aussi pour que son système digestif fonctionne correctement. Il faut savoir que la consommation permanente d’aliments riches en cellulose assure la continuité des mouvements péristaltiques (motilité gastrointestinale), c’est-à-dire des mouvements intestinaux.

La musculature gastro-intestinale du cobaye est faiblement développée : si son ventre est vide, les mouvements péristaltiques ralentissent voire s’arrêtent, provoquant ce qu’on appelle une stase digestive. Comme le système digestif ne fonctionne plus, le cochon d’Inde cesse de s’alimenter…C’est pourquoi votre cochon d’Inde doit toujours avoir quelque chose à se mettre sous la dent et c’est là que la distribution de foin à volonté entre en jeu.

 

OFFRIR DES FRUITS ET LEGUMES VARIÉS

Il a été démontré scientifiquement que le cochon d’Inde développe des préférences pour certains aliments dès l’âge de 2 jours !Aussi, il faut offrir à votre compagnon un large éventail de fruits et légumes dès ses premiers jours de vie, pour éviter qu’il se fixe sur un seul type d’aliment. Par exemple, si vous ne lui donnez que du concombre quand il est jeune, votre cobaye aura du mal à accepter d’autres légumes et risque de souffrir de carences en certaines vitamines ou minéraux.

 

NE JAMAIS CHANGER BRUSQUEMENT L'ALIMENTATION

Si vous devez offrir des légumes variés à votre cochon d’Inde, en revanche il ne faut jamais le soumettre à un changement brusque d’alimentation. Chaque nouvel aliment doit être introduit très progressivement. Pourquoi ? Parce que, comme il est expliqué dans le paragraphe précédent, le cochon d’Inde développe vite des préférences. Et pas seulement sur le plan du goût, mais aussi en ce qui concerne les formes, et les textures ! Un granulé qui a le même goût qu’un autre mais une forme différente peut représenter un réel problème pour votre cochon d’Inde ! Si vous lui donnez une nouvelle marque de granulés et de foin par exemple, il risque de ne pas y toucher et de se laisser mourir de faim. Il faut toujours effectuer une transition progressive sur plusieurs semaines.

 

Prenons l’exemple des granulés : votre cobaye était habitué à un produit A et vous voulez l’habituer au produit B.

Voici comment procéder :

- La première semaine, faites un mélange composé de trois quarts de produit A et d’un quart de produit B

- La deuxième semaine, formez le mélange avec la moitié de produit A et la moitié de produit B.

- La troisième semaine, n’utilisez qu’un quart de produit A pour trois quarts de produit B.

- La quatrième semaine, donnez le produit B pur.

 

En fait, pour ce qui est du foin et des extrudés, il est recommandé de choisir un très bon produit et de s’y tenir tout au long de la vie de votre cobaye.

 

SYSTEME DIGESTIF

Le cobaye est un herbivore strict, ce qui veut dire que son système digestif doit être capable de digérer la cellulose contenue dans les fibres végétales. La cellulose est un glucide qui compose les parois des cellules des plantes. Il n’y a que les herbivores qui sont capables de la digérer, c’est-à-dire de « casser » les parois des cellules grâce à l’association de bactéries spécialisées, que l’on appelle la flore digestive. Pour cela, l’intestin du cochon d’Inde a une longueur de plus de 2,25 m… et la digestion complète prend environ 24 heures ! Le système digestif comprend un cæcum, une sorte de « chambre de fermentation », qui occupe entre 50 et 75 % de la cavité abdominale.

Le cochon d’Inde produit deux sortes de crottes :

- À l’issue d’une première digestion, il expulse des cæcotrophes. Elles sont le résultat d’une fermentation bactérienne dans le cæcum et sont riches en eau et surtout en protéines et vitamines (vitamines K et B) qui n’ont pas été digérées. C’est pourquoi le cochon d’Inde les mange, en les recueillant directement à leur sortie de l’anus. Il en produit environ 150 par jour, et si on l’empêche de les manger, sa croissance est réduite de 20 % !

- Après une seconde digestion, il expulse des crottes « normales », longues et sèches, constituées de fibres non digérées. Il faut aussi savoir que les muscles intestinaux du cobaye sont très peu développés. C’est la nourriture consommée en permanence qui assure la continuité des mouvements de ses intestins : si le cobaye ne peut pas manger tout au long de la journée, les mouvements de ses intestins s’arrêtent et l’animal entre en état de stase digestive, ce qui est très dangereux pour sa santé.

Autre particularité : le cobaye ne peut pas vomir. Il est donc inutile – et c’est même très dangereux pour lui – de le mettre à jeûn avant une opération chirurgicale

 

CHOISIR LES BONS GRANULÉS

Il faut toujours choisir un aliment « complet » (granulés complets ou extrudés) plutôt qu’un mélange de graines. Pourquoi ? Parce que le cochon d’Inde est un gourmand qui a tendance à trier les graines pour ne manger que ses préférées… les plus caloriques, bien sûr ! Quand le cobaye trie ainsi ses graines, il finit par souffrir de déséquilibres alimentaires (carences en vitamines, obésité) et entraîne beaucoup de gâchis car vous êtes obligé de jeter une bonne partie des graines non consommées. Donnez donc toujours un aliment complet, qui se présente sous la forme de granulés extrudés. Chaque granulé est de la même forme que les autres et contient un mélange de tout ce dont le cobaye a besoin : le tri est impossible !

La ration préconisée est de 30 à 40 g par jour.

Dernier conseil : ne donnez jamais de granulés destinés à d’autres espèces de rongeurs ou à des lapins, ni de granulés « tous rongeurs » comme on en voit parfois. Chaque espèce a des besoins qui lui sont propres ! Les granulés pour lapin, par exemple, ne contiennent pas assez de vitamine C et sont trop riches en vitamine D pour un cochon d’Inde.

L’emballage de granulés pour cobaye doit annoncer au moins 2 000 mg de vitamine C par kilo.

 

Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent encore, les granulés (extrudés) ou mélanges de graines ne sont pas l’aliment de base du cochon d’Inde ! Ce dernier est un herbivore strict : sa nourriture de base se compose de végétaux frais (légumes, fruits, herbes…) et secs (foin).À l’état sauvage, dans les Andes, le cobaye ne se nourrit ni de graines ni de croquettes industrielles…En captivité, les granulés ne sont qu’un complément, utile pour que le cobaye puisse disposer de nourriture en permanence, profiter de vitamines supplémentaires et, pourquoi pas, user ses dents au passage! Cette idée que les granulés sont – et doivent – constituer l’alimentation principale du cobaye a été lancée par les fabricants de produits pour animaux. La vente de croquettes industrielles est en effet un commerce très lucratif ! Cette croyance est ainsi largement véhiculée par la plupart des vendeurs en animalerie, qui affirment que les légumes sont mauvais pour les cochons d’Inde et que seuls les granulés sont inoffensifs et leur apporteront tout ce dont ils ont besoin… Pourquoi? Pour faire acheter aux clients leurs boîtes de granulés ! C’est pour cela que les cochons d’Inde en animalerie n’ont jamais de légumes dans leur cage : ainsi les clients croient qu’ils ne mangent que des granulés. Mais alors, pourquoi les granulés sont-ils toujours si populaires ? Au départ, les croquettes industrielles ont été créées pour nourrir les animaux de laboratoire : ceux-ci n’étant pas destinés à vivre longtemps, le but n’était pas d’entretenir des animaux leur vie durant mais juste de les maintenir en vie le temps de leur « service » de manière rentable. Par la suite, l’utilisation exclusive de croquettes est devenue la norme, pour raisons commerciales et pratiques. Beaucoup de personnes pensent encore qu’il suffit de remplir une mangeoire de granulés une fois par jour pour rendre un cobaye heureux : c’est bien plus pratique ! Hélas, en plus de ne pas être adaptés à une utilisation en tant que nourriture principale, les granulés sont parfois néfastes : leur fabrication met en oeuvre de nombreuses graines qui ne sont pas adaptées au régime alimentaire du cobaye… qui n’est pas granivore. Les graines de tournesol et d’arachide, par exemple, sont beaucoup trop grasses et provoquent chez lui de graves déséquilibres. Quand on fait remarquer cela aux propriétaires de cobayes, ils répondent toujours que leur animal n’a jamais eu de problème. En effet, le cochon d’Inde semble souvent bien portant… du fait de la graisse apportée par les graines ! Pour finir, les graines contenues dans les mélanges sont molles et ne participent pas à l’usure des dents. Le cochon d’Inde devient paresseux en ne mangeant que des graines « faciles » à décortiquer et ainsi n’use plus ses dents correctement.

 

LE FOIN, INDISPENSABLE!

Le foin est l’aliment de base du cochon d’Inde, qu’il doit consommer en permanence pour faire fonctionner correctement les muscles de son système digestif. Mais pas seulement ! L’herbe – et donc l’herbe séchée, c’est-à-dire le foin – contient des cristaux de silicium : lors de la mastication, ces cristaux abrasifs sont exposés et broyés par les molaires du cobaye.

Comme le foin est un aliment peu nutritif, le cobaye doit en manger tout au long de la journée. Cette mastication continuelle favorise l’usure des molaires et prémolaires, qui poussent de plus d’un millimètre par semaine !

Le foin doit toujours sentir bon, n’être ni poussiéreux ni humide, et ne jamais avoir une odeur de moisi. Stockez-le dans un endroit frais et sec. Il est préférable de prendre un produit de bonne marque pour s’assurer de sa qualité.

Attention à certains foins biologiques non traités : ils sont parfois infestés d’acariens ou de larves de mites. Attention également aux foins trop riches en luzerne, car ils contiennent trop de carbone et d’hydrates de calcium

 

FRUITS ET LÉGUMES

Encore trop d’amateurs ne donnent des légumes qu’occasionnellement pour les raisons suivantes : c’est trop cher, les vendeurs disent que c’est mauvais pour les cochons d’Inde, et c’est trop contraignant d’aller en acheter régulièrement.

Dans ce cas, il est plus judicieux de ne pas choisir un herbivore comme animal de compagnie !

Ce sont les légumes (avec le foin) qui constituent la majeure partie de l’alimentation du cochon d’Inde.

En tant qu’herbivore strict, il consomme environ un dixième de son poids en végétaux frais chaque jour !

Si vous avez plusieurs cochons d’Inde, pour éviter que l’un ne vole un gros morceau de légume et aille le manger seul dans un coin, vous pouvez couper tout en petits morceaux !

Les fruits et légumes doivent toujours être distribués lavés, séchés, et à température ambiante, c’est-à-dire pas directement sortis du réfrigérateur. Et bien sûr, on ne donne aucun légume pourri ou pas frais. Quand les fruits et légumes ne sont pas traités, l’idéal est de ne pas les éplucher, car c’est dans la peau que réside une bonne partie des vitamines.

 

10 RÈGLES D'OR DE L'ALIMENTATION
1. Choisissez un aliment complet en granulés, et surtout pas de mélange.
2. N’oubliez pas que l’aliment en granulés n’est qu’un complément et ne constitue pas la nourriture principale.
3. Ne donnez jamais de granulés destinés à d’autres espèces de rongeurs ou à des lapins, ni de granulés « tous rongeurs ».
4. Offrez toujours du foin frais à volonté.
5. Offrez des légumes frais tous les jours (un dixième du poids du cobaye), lavés, séchés, et à température ambiante.
6. Donnez 20 mg de vitamine C par jour pour un cochon d’Inde de 1 kg ; sous forme de légumes frais de préférence ou sous forme soluble à la seringue (sans aiguille).
7. Ne modifiez jamais brusquement l’alimentation.
8. Ne donnez jamais de persil à une femelle gestante ou allaitante.
9. Veillez à ce que le cochon d’Inde ait toujours des matériaux à ronger.
10. En cas de doute, abstenez-vous !